peinture acquarelle peinture acrylique peinture huile pinceau peinture pinceaux acrylique

Depuis les années 60, les peintres qui ont utilisé l’acrylique pour leurs toiles sont nombreux, notamment dans le domaine de l’abstrait. On compte parmi eux Morris Louis, qui fut l’un des premiers à utiliser les peintures de la marque Magna pour ses peintures les plus colorées, comme « Alpha-Pi » (1960) ou « Beta-Lambda » (1961). D’autres peintres comme Barnett Newman, Kenneth Nolan ou Larry Poons, avec « Sunnyside Switch » (1963)ont joué un rôle important. De célèbres expressionnistes abstraits l’ont utilisée, comme Mark Rothko, Robert Motherwell ou Helen Frankenthaler, ainsi que des surréalistes tels que Max Ernst ou Joan Miro : « Personnage devant le soleil » (1968).
Une fois encore, si le facteur prix est important, les mélanges martre et synthétique offrent des performances proches des pinceaux en martre à un prix proche des pinceaux synthétiques. Par exemple, avec les poils de mangouste synthétiques utilisés pour les pinceaux Monarch, vous obtiendrez un excellent équilibre entre rigidité des soies de porc et douceur du martre.
C’est une peinture à l’eau donc tous les pinceaux font l’affaire dans le sens où il n’y a aucune contre-indication. Cependant il serait dommage d’utiliser des pinceaux en poils naturels qui sont fragiles comme les petit-gris. Ces pinceaux en poils d’écureuil sont parfaits pour les lavis (gouache, encre, aquarelle), mais le problème c’est qu’en séchant l’acrylique se rigidifie, donc si les outils sont mal entretenus, ils sont fichus ou du moins difficilement récupérables. Même chose avec la martre. Ces pinceaux-là sont assez onéreux à l’achat donc mieux vaut en prendre soin.
L’aquarelle sennelier recèle les caractères qui sont propres à la peinture à l’eau qu’est l’aquarelle. En d’autres termes, son pouvoir adhésif ne fait aucun doute du fait de sa teneur en gomme arabique qui, elle, est sévèrement sélectionnée par les soins de sennelier. Sa texture fluide qui est ce qui est la représente le mieux est toujours au rendez-vous, ceci pour permettre d’obtenir de très beaux fondus, ou des dégradés subtiles en jouant sur la disposition des couches. L’aquarelle sennelier sera le bon allié du novice qui cherche à se faire la main et à travailler son geste. En effet, la peinture à l’aquarelle est réputée très technique, et dont la maitrise revient à ceux qui en ont une très longue expérience. L’éclat lumineux que l’aquarelle permet sur du papier spécial est difficilement égalé, sans compter la transparence de cette peinture à l’eau qui nécessite fréquemment des gestes d’étalement.
La maîtrise de la peinture à l’huile ne se fait pas en quelques temps. Certes, différentes techniques sont proposées mais l’application régulière aide plus à devenir un bon peintre qui manie bien l’huile et les pinceaux.  Que vous soyez novice ou professionnel, nous vous invitons à nous suivre pour maîtriser toutes les techniques de la peinture à l’huile.
Brosses rondes, plates et usées bombées en poils de martre Un pinceau de bonne qualité se reconnait par la nature des poils constituant sa touffe. Aujourd’hui, les pinceaux Martre Rouge font partie des pinceaux les plus résistants et les plus souples du marché. Ces pinceaux ont fait leurs preuves depuis de nombreuses années, surtout pour la qualité de leurs poils. Ces derniers proviennent d’un mammifère carnassier à fourrure appelé martre. Les plus appréciés proviennent de la martre rouge Kolinsky et de la martre rouge Oussiri. En effet, les poils prélevés sur la queue de cet animal sont rouge doré, d’aspect fauve et extra-fin. Ce qui permet de réaliser avec finesse des travaux de détails et de précisions. En utilisant ces pinceaux, vous prendrez du plaisir à peindre vos tableaux. Les pinceaux Martre Rouge sont incontournables pour la réalisation des œuvres de qualité. Ils satisfont les exigences des artistes en contribuant à la réussite des applications et des finitions. Ces pinceaux sont disponibles en plusieurs formes (plates, rondes, usées bombées, etc.) et tailles (longue, court). Selon les besoins, ils s’adaptent parfaitement aux techniques les plus utilisés, notamment l’aquarelle et la gouache. Dans certains cas, ils s’utilisent également à l’acrylique et à la peinture à huile. Même si aujourd’hui, les fabricants utilisent les poils de martre rouge d’origine diverse, ces pinceaux gardent une place de choix surtout pour les caractéristiques de leurs touffes de poils. En effet, la caractéristique principale d’un pinceau à poils de martre rouge est sa grande capacité d’absorption des couleurs. Ce qui permet d’obtenir des nuances fines dans la texture souhaitée. Pendant l’application des couleurs, sa touffe de poils souple et élastique ne laisse aucune trace. Il se caractérise également par sa vigueur, sa nervosité, sa souplesse et sa résistance. Par ailleurs, ce pinceau haut de gamme nécessite un entretien régulier et soigné. Découvrez la gamme de pinceaux Martre Rouge et profitez de nos tarifs exceptionnels pour commander vos outils. Nous proposons trois types de pinceaux à base de poils de martre rouge Oussiri. Vous pourrez donc choisir entre les pinceaux Da Vinci de forme ronde, plate ou usée bombée. Ces pinceaux de manches longs sont d’excellente qualité. Pour perfectionner vos œuvres, n’hésitez donc pas à les utiliser !
La peinture à l’eau comme l’aquarelle, les encres, la gouache : ce sont des peintures qui n’agressent pas les pinceaux. Le nettoyage est très simple : vous allez rincer vos pinceaux à l’eau tiède sous un filet d’eau avec un peu de savon liquide, essorer, tamponner vos pinceaux avec un chiffon ou du sopalin, puis vous les laisserez reposer à plat (on voit ensuite le stockage des pinceaux)
Aujourd’hui, les artistes poussent l’acrylique dans ses ultimes retranchements en mêlant des à-plats parfaits, même sur de très grandes surfaces, des lavis, des traits « jetés », jusqu’aux incrustations d’accessoires et même de volumes... Avec les adjuvants et texturants qu’elle peut intégrer, l’acrylique offre des possibilités de texture et de relief inconnues jusqu’ici.
Ces supports étant flexibles et absorbants, il y a certaines choses à savoir. Comme par exemple le fait que l’acrylique étant une résine plastique, se solidifie en séchant, donc si vous peignez sur un support souple tel un tissu il peut y avoir des risques de craquelures. C’est le phénomène que l’on a déjà tous constaté avec un imprimé sur T-shirt qui finit toujours par se craqueler au bout d’un certain temps. Donc si votre projet est de peindre sur des vêtements, mieux vaut utiliser des teintures plutôt que des peintures, car les teintures imprégneront directement les fibres du textile.

La technique dans le mouillé impose l'humidification préalable du support. Elle permet à l'artiste d'obtenir des surfaces aux couleurs très intenses, de faire fusionner les couleurs et d'effectuer des retraits de peinture sans abîmer le support. Les effets sont nombreux : fondus, dégradés, camaïeux, etc. Son apprentissage est long, car il nécessite une bonne maîtrise du cycle de l'eau sur le papier. C'est en effet le degré d'humidité du papier qui dicte au peintre le moment le plus opportun pour intervenir 13.
Dans les années 1960, un renouvellement de la technique apparaît avec Raoul Dufy, Jean Bazaine, Maurice Estève, Zao Wou-Ki, poursuivie dans les années 1970 par Pierre Risch, qui met au point une technique d'aquarelle sur papier de très grand format, entièrement mouillé à l'éponge et détourne un produit destiné à la sérigraphie, le drawing gum, afin de préserver le blanc du papier et ne pas gouacher l'aquarelle. https://www.youtube.com/watch?v=EYgdB0-Zwwk
×