peinture acquarelle peinture acrylique peinture huile pinceau peinture pinceaux acrylique

Il existe un très large choix de produits qui se mélangent à l’acrylique afin de modifier ses caractéristiques, et c’est ce qu’on appelle des médiums pour Peinture acrylique. Ainsi avec des couleurs acryliques de base, il est possible de les transformer en couleurs brillantes ou mates, opaques ou transparentes, épaisses ou fluides. Ils sont à mélanger directement avec les couleurs.
Nous devons notamment cet héritage à Jan van Eyck, peintre flamand, qui a porté cette technique à la perfection au XIVe siècle. Mais cette technique, principalement composée de pigments et d’huile, trouve ses racines plus loin, vers le VIIe siècle, à en juger par des peintures retrouvées dans des grottes afghanes. De nombreux grands peintres l’ont rapidement adoptée parmi lesquels Rembrandt, Van Gogh ou encore Matisse.
Traditionnellement, les papiers beaux-arts étaient tous faits à base de coton, ce qui leur garantissait la meilleure stabilité dans le temps. Mais de nos jours les techniques ont considérablement perfectionné les papiers à base de cellulose de bois, leur conférant les mêmes qualités de conservation. Cependant, les fibres de coton étant creuses, les papiers à base de coton ont une meilleure capacité d'absorption particulièrement intéressante en aquarelle. Ce papier aquarelle pur coton répond aux attentes des aquarellistes les plus exigeants : absorption, planéité du papier mouillé, possibilité de repentir y compris sur le demi-satin (possibilité d'effacer une trace de peinture).
Jusqu'au xixe siècle, les peintres prépareront leurs couleurs dans leurs propres ateliers. Les procédés sont issus de l'expérience, relèvent d'un savoir transmis par l'apprentissage dans l'atelier d'un maître, et varient de l'un à l'autre, par le choix des huiles, essences et résines, et les méthodes de préparation et d'application. La formulation varie selon l'usage qu'on en fait. Le précepte gras sur maigre en témoigne : les fonds se peignent avec des mélanges plus riches en résine (maigres), le dessus et notamment les glacis peuvent incorporer plus d'huiles (au sens moderne du terme, grasses). Van Eyck superpose de fines couches transparentes sur un fond clair, et utilise plus de résines que d'huile grasse. Rubens emploie du blanc, opaque, pour les lumières. Léonard de Vinci utilise moins de résines, et peint en couches très fines de pâte lisse et opaque. Titien abandonne les résines, sauf pour les glacis, peint opaque, revient sur ses peintures après des mois de séchage. Watteau peint plus rapidement, avec beaucoup de siccatifs, d'où un noircissement progressif des tableaux. Cette tendance s'amplifie au xixe siècle9. « Le peintre du xixe siècle, connaissant mal son métier, est à la merci d'une industrie aux règles encore non définies10 ».

La technique a ensuite évolué, dès la fin de la Renaissance, les peintres commençant à expérimenter la pâte afin d'accentuer les lumières en leur donnant par exemple plus d'épaisseur. Ce procédé devint général et de nouvelles techniques sont nées : peinture en pleine pâte, à la touche, par touches séparées, avec ou sans ébauche préparatoire. Les peintres baroques (Rubens, Van Dyck) puis rococo (Boucher, Fragonard) et les Romantiques (Delacroix, Géricault) ont su exploiter avec brio cette écriture enlevée qui s'oppose à une manière plus lisse et « léchée » de traiter le sujet (peinture néo-classique, style pompier, surréalistes). La peinture à l'huile a la particularité de permettre les deux approches, entre autres.
Pour votre cas (travail de finesse et poils synthétiques), je vous recommande la série Kaerell S de Raphael, ou bien les Nova de Da Vinci, je les connais je travaille avec et j’en suis très satisfaite. Bien entretenus vous les garderez longtemps (les miens ont plusieurs années déjà), puis ils sont souples, doux et nerveux à la fois. Ils sont parfaits pour le travail en finesse.
La peinture acrylique dans le domaine des arts fut commercialisée pour la première fois en 1958 aux Etats-Unis, pour être introduite en Europe quelques temps plus tard. Le nombre d’adepte est toujours en croissance depuis sa commercialisatio, c’est la peinture la plus utilisée. D’un point de vue technique c’est l’innovation la plus importante depuis la peinture à l’huile au XVe siècle.  Ce produit a créé une révolution pour les artistes, ouvrant les pratiques vers de nouvelles possibilités.
L’aspect couvrant vous permet de superposer des couches de plus en plus détaillées et de travailler par touches épaisses. Si vous travaillez dans l’humide, vous obtiendrez certains effets (diffusion ou dispersion) se rapprochant de l’aquarelle et du lavis. Le mélange de ces lavis avec d’autres parties traitées d’une couleur pleine, donnent des contrastes saisissants.
L’avantage avec les peintures acryliques c’est qu’elles s’appliquent sur tout support. Bois, papier, carton, textile, plastique, aggloméré, métaux, ciment, etc… La seule condition c’est que cette surface ne doit être ni trop grasse ni trop lisse. Il faut donc bien laver votre support au préalable et la poncer avec du papier de verre si besoin afin de la rendre plus poreuse. Faîtes l’expérience en peignant sur du verre par exemple, la couleur va tenir mais en grattant un peu la peinture ne résiste pas.
Dans cette catégorie, nous vous proposons de nous suivre afin de découvrir toutes les techniques anciennes mais qui s’utilisent encore très bien de nos jours. Après chaque travail, il est nécessaire de nettoyer les pinceaux. Cela ne se fait pas n’importe comment mais de manière très pointilleuse. C’est pour cette raison que nous avons choisi de donner une place importante au nettoyage des ces petits outils. Bien sûr, ce que vous voyez quand vous allez cliquer sur la page « cours de nettoyage des pinceaux », n’est qu’un avant-goût de l’ensemble. Quand une bosse apparait sur votre peinture, elle commence à vieillir. Par conséquent, nous avons pensé à faire l’enregistrement d’un cours qui vous aidera à résorber une bosse sur la toile. Les « Bons procédés à l’huile » est un cours où vous découvrirez les différents types de peinture. La maîtrise du dégradé à l’huile et celle du blanc est aussi démontrée par des professionnels dans les catégories. Après le visionnage de ces vidéos, vous pouvez commencer à vous mettre au travail.
Après une première séance de travail, comment savoir à quel moment je peux attaquer ma deuxième séance? Peux-t-on considérer que dès lors que ma première couche a déjà entamée son durcissement forcément ma deuxième application est plus grasse? ou faut-il attendre que la première couche soit complètement sèche? Et comment savoir qu’elle est complètement sèche?
Une création réalisée à la peinture à l’huile est généralement conçue en superposant différentes couches de couleur. Si vous souhaitez, par exemple, peindre un portrait, vous commencerez sans doute avec une couleur d’arrière-plan, sur laquelle vous esquisserez les proportions du portrait à l’aide d’une autre couleur, puis vous ajouterez des couleurs supplémentaires au-dessus pour affiner les détails. Le mode d’interaction de ces couleurs est important et affecte l’aspect final de votre œuvre.
L’aquarelle sennelier recèle les caractères qui sont propres à la peinture à l’eau qu’est l’aquarelle. En d’autres termes, son pouvoir adhésif ne fait aucun doute du fait de sa teneur en gomme arabique qui, elle, est sévèrement sélectionnée par les soins de sennelier. Sa texture fluide qui est ce qui est la représente le mieux est toujours au rendez-vous, ceci pour permettre d’obtenir de très beaux fondus, ou des dégradés subtiles en jouant sur la disposition des couches. L’aquarelle sennelier sera le bon allié du novice qui cherche à se faire la main et à travailler son geste. En effet, la peinture à l’aquarelle est réputée très technique, et dont la maitrise revient à ceux qui en ont une très longue expérience. L’éclat lumineux que l’aquarelle permet sur du papier spécial est difficilement égalé, sans compter la transparence de cette peinture à l’eau qui nécessite fréquemment des gestes d’étalement.
Né des ateliers classiques et des grands formats, le métier traditionnel du peintre fut et demeure la base référentielle de la technique de l'huile. Les couches picturales du tableau sont superposées selon le principe du « gras sur maigre » et exploitent les transparences de certains pigments, alliées à celle des médiums. On les appelle « jus » (très peu de pigment et beaucoup de diluant), « glacis » (très peu de pigment et beaucoup de médium corsé en résine), « vélatures » (très peu de pigment, beaucoup de médium corsé en résine et un petit peu de blanc). Par opposition à « pâte », « matière », « charge ».
Nous sommes une équipe de passionnés, l'équipe d'une maison d'édition de loisirs créatifs créée en 1962 à Lyon par Paulette et Guy Rousset. Si l'aventure a commencé par le rachat d'un magazine de broderie : La Broderie Lyonnaise, depuis, des dizaines de titres ont suivi ainsi que de nombreux livres. Viviane Rousset, la fille de Paulette et Guy a pris la direction de l'entreprise familiale en 2007 après des années passées au sein de cette aventure pas comme les autres. C'est elle qui insuffle aujourd'hui ce nouveau souffle, en associant joliment la toile au papier.
Ces deux sortes de pinceaux sont les meilleurs pour les lavis et les techniques fluides telle que l’aquarelle. Mais il est tout à fait possible d’utiliser également n’importe quel pinceau à poils souples. Même synthétiques. Ceux-là seront moins doux mais plus nerveux, donc tout dépend de la manière dont vous travaillez. Il faut essayer pour connaître!
Les œuvres à la peinture acrylique ont été créées dès le début du XXème siècle et deviennent de plus en plus tendance. Conçues avec un liant à la résine acrylique et des pigments d’origine minérale, organique ou synthétique, la peinture acrylique a l’avantage de s’appliquer facilement et sur différents supports. Très proche de la peinture à l’huile, la peinture acrylique a toutefois un temps de séchage plus rapide.
La peinture acrylique est l’une des plus pratiquées de nos jours, cependant elle ne rentre pas encore dans le champ des techniques traditionnelles étant donné qu’elle est très récente. En effet, sa création date seulement de 1958, contrairement aux trois autres citées précédemment, on ne peut pas vraiment parler d’une technique ancestrale! Du moins pas pour l’instant. Un jour viendra car ses qualités et ses propriétés installent durablement l’acrylique comme étant une valeur sure grâce à sa pérennité et son aspect typique de notre époque actuelle.
Enfin, le pinceau acrylique Raphaël Précision est un incontournable. Facilement identifiable à son manche long lasuré marron et sa longue virola nickelé mat. Avec ses poils imitation martre, il répondra aux attentes les plus exigeants en terme de précision. En plus d'être ultra-précis, ce pinceau est à mémoire de forme. Bien que conçu en poils synthétiques, la finesse de sa pointe, sa nervosité et son ressort lui confèrent les mêmes qualités que la martre. Grâce à son excellente rétention, ce pinceau sera un incontournable pour tracer de longs traits précis et fin. Ce pinceau d'excellence se décline dans les gammes suivantes :
Ce pinceau répond également aux attentes des peintres les plus exigeants pour la majorité des techniques décoratives. Grâce à cet outil, peindre les aplats et les fonds devient très passionnant, car la forme plate permet de bien réaliser la pose des vernis et du fond. Pour peindre le sujet ou les motifs d’un tableau, les formes langue de chat et usée bombée sont les plus adaptées. Quant à la forme biseautée, elle permet de peindre les décors en déliés et pleins. Également, pour peindre les lignes, les détails et les finitions, il est recommandé d’utiliser un pinceau en Kevrin rond, dont la taille dépend de l’aspect du trait. La forme éventail, idéale pour la réalisation des effets estompage et spéciaux, permet d’uniformiser la peinture. Optez pour la gamme de pinceaux en Kevrin disponible sur notre plateforme ! Cette gamme se compose de six variétés de pinceaux, à savoir les pinceaux Raphael de formes plates, rondes, usées bombées, plates courtes, biseau et éventails. N’hésitez donc pas à commander ces pinceaux afin d’enrichir votre collection d’outil de décoration.
Vous pouvez esquisser un dessin au crayon sur la toile avant de commencer la peinture à proprement parler. Cela vous permettra, avant de peindre, de vérifier les proportions, les détails, la rigueur des lignes, etc. Prenez un crayon à papier pour le faire. Vous pouvez dessiner directement sur la toile ou sur un papier et ensuite le transférer sur la toile, avec ou sans papier carbone. Quand votre dessin est terminé, vérifiez la composition et l'espace « négatif ».
acrylique appartement Architecture Artiste bien-être bleu bureaux camaïeu Composition Conseil Conseil couleur Conseils Couleur couleurs Design Décalé Décoration Environnement Finition glycéro Innovation inspiration intérieur Kits DIY Logement matériels Meubles peindre Peinture Prix Qualité repeindre Risques Rénovation rénover Santé Street Art température tendance toile de verre Top Travaux Wall Art à l'eau à l'huile
Ara Tous les produits Ara Peinture Médium Arts graphiques Ara Arches Tous les produits Arches Papier pour l'huile Papier pour l'aquarelle Papier Edition d'Art Papier pour les techniques sèches Artist Junior Tous les produits Artist Junior Supports Artist Junior Peintures Artist Junior Médiums Artist Junior Arts graphiques de Artist Junior Loisirs créatifs Artist Junior Blockx Tous les produits Peintures Pastels Canson Tous les produits Canson Papiers pour la peinture Papiers spéciaux Papiers couleurs et techniques Papiers pour les techniques sèches Caran d'Ache Tous les produits Caran d'Ache Peintures Dessin pastels Arts graphiques de Caran d'Ache Clairefontaine Tous les produits Clairefontaine Papier pour la peinture Papiers spéciaux Autres papiers Clairefontaine Papiers couleurs et techniques Papiers pour les techniques sèches Design Clairefontaine Produits scolaires Rangement Conté à Paris Tous les produits Conté à Paris Pastels Conté à Paris Crayons Conté à Paris Accessoires Conté à Paris Cretacolor Tous les produits Cretacolorroduits Crayons Cretacolor Pastels Cretacolor Accessoires Cretacolor Peinture aquarelle Cretacolor

Quant au papier, si vous prenez un papier trop fin ou inadapté, il va gondoler. Donc il est préférable d’utiliser du papier d’environ 200gr au minimum, sachant que comme pour l’aquarelle, l’idéal est du 300gr. Il existe toutefois des papiers spécifiques pour l’acrylique, souvent utilisables pour l’huile également et qui se présentent sous différents formats. Allant du format poche jusqu’au rouleau de 10m.

Le papier humidifié tend à s'allonger. Au contact de l'eau qui porte les pigments de l'aquarelle, le papier peut gondoler, formant des creux dans lesquels la couleur s'accumule. Pour limiter cet inconvénient, les fabricants de matériel de peinture proposent des blocs de papier où les feuilles sont encollées les unes aux autres sur leurs quatre bords, permettant de conserver une certaine planéïté. L'artiste détache la feuille du bloc une fois l'œuvre terminée.


Pour vous mettre tout de suite dans le bain, un petit historique de la peinture à l’huile vous sera narré. Elle est inventée par Jan van Eyck. Originaire de l’Occident, elle existe depuis le Moyen Âge. C’était le premier art utilisé par les artistes. Les techniques utilisées connaissent une évolution qui se fait par rapport au temps et au souci de l’esthétique. Au tout début, les peintres utilisaient la technique de la tempéra. Par la suite, elle cédait sa place à la superposition de glacis. Vient ensuite l’utilisation de la technique en pâte avec l’ajout des médiums résineux.
Jusqu'au xixe siècle, les peintres prépareront leurs couleurs dans leurs propres ateliers. Les procédés sont issus de l'expérience, relèvent d'un savoir transmis par l'apprentissage dans l'atelier d'un maître, et varient de l'un à l'autre, par le choix des huiles, essences et résines, et les méthodes de préparation et d'application. La formulation varie selon l'usage qu'on en fait. Le précepte gras sur maigre en témoigne : les fonds se peignent avec des mélanges plus riches en résine (maigres), le dessus et notamment les glacis peuvent incorporer plus d'huiles (au sens moderne du terme, grasses). Van Eyck superpose de fines couches transparentes sur un fond clair, et utilise plus de résines que d'huile grasse. Rubens emploie du blanc, opaque, pour les lumières. Léonard de Vinci utilise moins de résines, et peint en couches très fines de pâte lisse et opaque. Titien abandonne les résines, sauf pour les glacis, peint opaque, revient sur ses peintures après des mois de séchage. Watteau peint plus rapidement, avec beaucoup de siccatifs, d'où un noircissement progressif des tableaux. Cette tendance s'amplifie au xixe siècle9. « Le peintre du xixe siècle, connaissant mal son métier, est à la merci d'une industrie aux règles encore non définies10 ».
Ensuite, je vous conseille de toujours prendre un peu de temps, pendant vos séances de peintures, pour nettoyer vos pinceaux. C’est primordial et cela vous permettra d’allonger la durée de vie de vos pinceaux et de réaliser quelques économies ! Prévoyez un peu de temps pour chouchouter vos pinceaux que vous retrouverez dans un super état pour votre prochaine séance.

Ma deuxième question est : je sais qu’il existe des médium prêt à l’emploi comme le médium flammand ou vénitien ou encore un médium à craqueler ou encore un medium qui fait des effets particuliers… comment dois-je les utiliser ? comment respecter le principe du gras/sur maigre dans ces cas la ? est-ce que je peux garder mon médium à peindre que je fabrique + rajouter un de ces médium prêts à l’emploi dedans et à quel dosage ?
Dès le iiie siècle, les Chinois peignaient sur de la soie avec l'encre de Chine, basée sur des pigments broyés dans une colle animale soluble dans l’eau. La peinture de lettrés chinoise et la peinture japonaise sumi-e sont faites dans des techniques apparentées au lavis sur fond sec. Par la transparence des couleurs et le rôle des fonds clairs, une bonne partie de la peinture chinoise et extrême-orientale peut s'assimiler à l'aquarelle (Béguin 1990).

Ces deux sortes de pinceaux sont les meilleurs pour les lavis et les techniques fluides telle que l’aquarelle. Mais il est tout à fait possible d’utiliser également n’importe quel pinceau à poils souples. Même synthétiques. Ceux-là seront moins doux mais plus nerveux, donc tout dépend de la manière dont vous travaillez. Il faut essayer pour connaître!


La peinture acrylique est le résultat d’un mélange de pigment, de résine acrylique et d’eau, tout simplement. La résine étant le liant et l’eau le diluant. Il est assez facile de la fabriquer soi-même puisque les pigments et les liants acryliques se trouvent dans tous les commerces spécialisés, il suffit simplement d’ajouter de l’eau dans une quantité que vous déterminerez vous-même selon la consistance souhaitée. Et voilà, votre peinture est faite ! https://www.youtube.com/watch?v=U4w9mfrnfvU
×