peinture acquarelle peinture acrylique peinture huile pinceau peinture pinceaux acrylique

Les artistes découvrent alors la grande variété des effets qu’elle offre : mélangée avec de l’eau, elle peut s’éclaircir jusqu’à obtenir la transparence de l’aquarelle, utilisée pure, elle ressemble à l’huile et offre des reliefs et la possibilité de gratter la surface de la toile. Associée à d’autres matières : sable, fibres, etc on peut jouer sur les consistances, sans compter qu’elle se conjugue très bien avec d’autres techniques.
Brosses rondes, plates et usées bombées en poils de martre Un pinceau de bonne qualité se reconnait par la nature des poils constituant sa touffe. Aujourd’hui, les pinceaux Martre Rouge font partie des pinceaux les plus résistants et les plus souples du marché. Ces pinceaux ont fait leurs preuves depuis de nombreuses années, surtout pour la qualité de leurs poils. Ces derniers proviennent d’un mammifère carnassier à fourrure appelé martre. Les plus appréciés proviennent de la martre rouge Kolinsky et de la martre rouge Oussiri. En effet, les poils prélevés sur la queue de cet animal sont rouge doré, d’aspect fauve et extra-fin. Ce qui permet de réaliser avec finesse des travaux de détails et de précisions. En utilisant ces pinceaux, vous prendrez du plaisir à peindre vos tableaux. Les pinceaux Martre Rouge sont incontournables pour la réalisation des œuvres de qualité. Ils satisfont les exigences des artistes en contribuant à la réussite des applications et des finitions. Ces pinceaux sont disponibles en plusieurs formes (plates, rondes, usées bombées, etc.) et tailles (longue, court). Selon les besoins, ils s’adaptent parfaitement aux techniques les plus utilisés, notamment l’aquarelle et la gouache. Dans certains cas, ils s’utilisent également à l’acrylique et à la peinture à huile. Même si aujourd’hui, les fabricants utilisent les poils de martre rouge d’origine diverse, ces pinceaux gardent une place de choix surtout pour les caractéristiques de leurs touffes de poils. En effet, la caractéristique principale d’un pinceau à poils de martre rouge est sa grande capacité d’absorption des couleurs. Ce qui permet d’obtenir des nuances fines dans la texture souhaitée. Pendant l’application des couleurs, sa touffe de poils souple et élastique ne laisse aucune trace. Il se caractérise également par sa vigueur, sa nervosité, sa souplesse et sa résistance. Par ailleurs, ce pinceau haut de gamme nécessite un entretien régulier et soigné. Découvrez la gamme de pinceaux Martre Rouge et profitez de nos tarifs exceptionnels pour commander vos outils. Nous proposons trois types de pinceaux à base de poils de martre rouge Oussiri. Vous pourrez donc choisir entre les pinceaux Da Vinci de forme ronde, plate ou usée bombée. Ces pinceaux de manches longs sont d’excellente qualité. Pour perfectionner vos œuvres, n’hésitez donc pas à les utiliser !

Utilisée autrefois pour tous les revêtements de protection et de décoration qui devaient résister à l'eau, en même temps que pour les beaux-arts, la peinture à l'huile a été remplacée partout au cours de la seconde moitié du xxe siècle, sauf en peinture artistique. Considérée en Occident comme la technique picturale reine, elle a montré une solidité remarquable ; des œuvres exposées depuis cinq cents ans et plus sont encore en bon état. La formulation des peintures à l'huile affecte la facilité d'application et l'aspect de l'ouvrage terminé et s'adapte à l'ouvrage envisagé. Les pigments et les charges déterminent l'opacité ou la transparence de la pellicule de peinture sèche ; les médiums à peindre lui donnent une consistance plus ou moins liquide ou pâteuse, influant sur son état de surface.
Peintures à l'huile Peintures à l'huile extra-fine Peintures à l'huile étude Peintures à l'huile spéciale Coffrets peintures huile Médiums, additifs et entretien pour huile Médiums pour huile Gessos et liants pour l'huile Vernis pour l'huile Huiles de lin pour peinture à l'huile Essences pour l'huile Accélérateurs de séchage pour l'huile Retardateurs de séchage Tabliers Pots, coffrets et accessoires
L'aquarelle de paysage, peinte rapidement sur le motif, ne chasse cependant pas les usages plus anciens. L'aquarelle prouve parfois la virtuosité de l'artiste, dans des travaux d'atelier très élaborés et détaillés, souvent basés sur le dessin linéraire. Elle continue à servir à l'étude et aux projets, à mettre en couleurs gravures, dessins et lithographies, scientifiques ou décoratifs44. L'aquarelle est, à cette époque, un art d'agrément, un passe-temps bourgeois. Les Impressionnistes en usent peu, préférant transposer à l'huile l'esthétique de l'aquarelle anglaise, qui a influencé Boudin ou Jongkind, dans la peinture à l'huile45.
La peinture à l’huile est une technique plébiscitée par les artistes. En effet, ce type de peinture permet de créer des effets de matière (travail au couteau), de luminosité, de transparence tout en effectuant un travail minutieux. Les possibilités de création sont immenses et les artistes nous offrent des œuvres toutes plus poétiques les unes que les autres.
Le maximum d'intensité lumineuse correspond au blanc du papier. Les techniciens les plus habiles savent ménager dans leur tableau ces éclats lumineux naturels aux endroits les plus opportuns. Des artifices permettent aussi de préserver le fond du support : la paraffine (bougie), qui empêche définitivement l'eau colorée de mouiller le papier, ou la gomme à masquer ((en) drawing gum), qui le protège temporairement.

La technique dans le mouillé impose l'humidification préalable du support. Elle permet à l'artiste d'obtenir des surfaces aux couleurs très intenses, de faire fusionner les couleurs et d'effectuer des retraits de peinture sans abîmer le support. Les effets sont nombreux : fondus, dégradés, camaïeux, etc. Son apprentissage est long, car il nécessite une bonne maîtrise du cycle de l'eau sur le papier. C'est en effet le degré d'humidité du papier qui dicte au peintre le moment le plus opportun pour intervenir 13.


L’idée est très simple, lorsqu’il y a des contours fins ou semi épais à réaliser, les marqueurs aquarelle winsor newton serviront à les faire. Ainsi, la précision devient maximale à souhait, et ceci pour de très nombreuses couleurs. Aussi, pour réussir ses traits extrêmement précis, il devient inutile de se munir d’une palette d’aquarelle ainsi que d’un récipient d’eau.
Par définition, peindre alla prima signifie peindre en seule séance, réaliser une œuvre en une seule fois. « Peindre dans le frais » selon l’expression. Contrairement à la technique traditionnelle, les étapes de l’ébauche et des glacis sont supprimées, le dessin préparatoire est une option, et les couleurs sont appliquées en une couche unique et fraiche. En clair, il suffit de prendre sa palette, ses pinceaux et sa toile et de se lancer ! Cependant, pour réussir il faut de l’assurance dans ses gestes et savoir où l’on va.
C’est une peinture à l’eau donc tous les pinceaux font l’affaire dans le sens où il n’y a aucune contre-indication. Cependant il serait dommage d’utiliser des pinceaux en poils naturels qui sont fragiles comme les petit-gris. Ces pinceaux en poils d’écureuil sont parfaits pour les lavis (gouache, encre, aquarelle), mais le problème c’est qu’en séchant l’acrylique se rigidifie, donc si les outils sont mal entretenus, ils sont fichus ou du moins difficilement récupérables. Même chose avec la martre. Ces pinceaux-là sont assez onéreux à l’achat donc mieux vaut en prendre soin.
Depuis les années 60, les peintres qui ont utilisé l’acrylique pour leurs toiles sont nombreux, notamment dans le domaine de l’abstrait. On compte parmi eux Morris Louis, qui fut l’un des premiers à utiliser les peintures de la marque Magna pour ses peintures les plus colorées, comme « Alpha-Pi » (1960) ou « Beta-Lambda » (1961). D’autres peintres comme Barnett Newman, Kenneth Nolan ou Larry Poons, avec « Sunnyside Switch » (1963)ont joué un rôle important. De célèbres expressionnistes abstraits l’ont utilisée, comme Mark Rothko, Robert Motherwell ou Helen Frankenthaler, ainsi que des surréalistes tels que Max Ernst ou Joan Miro : « Personnage devant le soleil » (1968). https://www.youtube.com/watch?v=hPAMfoyawVg
×